Les #ColsNoirs

Les Cols Noirs, noir comme la couleur de leur vie : Ces personnes que l’on ne verra jamais car sans le sou, elles ne peuvent plus tenir debout et donc ne peuvent pas se déplacer pour se faire entendre…

Les victimes de la misère, ces personnes qui cumulent famine, tristesse, désespoir, solitude, maladie avec la mort évidemment au bout, mais dont on ne parle pas.

La famine ne touche pas que certains pays, elle touche aussi une classe sociale en France, mais on préfère l’ignorer, elle pourrait dégrader l’image du pays !

On connait et on parle des cols bleus : Mieux connus et appelés #GiletsJaunes, ces ouvriers qui ne font que  survivre à la sueur de leur front, ceux qui veulent vivre dignement de leur travail.

On connait aussi les cols blancs : Tout le monde les reconnaît, appelés aussi les « gratte-papiers…

Les Cols Noirs, qui ne peuvent pas à cause de maladie ou d’handicap avoir un SMIC, doivent survivre avec un minima social de 810/850 €/mois, ceux la ne se trouvent pas dans la rue, ils sont invisibles contrairement aux sans-abris, ils ont un toit donc cachés et n’abîme pas l’image de la France… d’où l’abandon ou l’ignorance (volontaire) de la part de l’effectif de ces pauvres ! Genre, « tu es inactif, tu ne sert à rien, prend ce que l’on te donne et ferme là » !

Avez vous remarqué qu’à présent les sans-abris (que l’on pourrait appeler les Cols de la rue) sont directement envoyé en prison pour un vol alimentaire contrairement à un violeur d’enfant qui lui garde sa liberté ?

Est ce pour les cacher ces sans abris ou « débarrasser la rue » comme avec les gilets jaunes ?

On ne le saura jamais ! On saura jamais pourquoi « la justice à deux vitesses » a vue le jour en France !

Complètement abandonnées par les services sociaux (je sais de quoi je parle), les cols noirs ne bénéficient d’AUCUNE aide car leurs « revenus » (AAH entres autres), se situant pourtant bien en dessous du seuil de pauvreté est supérieur au plafond d’aide…

Qui fixe « intelligemment » ces plafonds ? On connaît la réponse !

Atteindre, voir dépasser de quelques centimes ces plafonds = n’avoir droit à aucune aide !

Exemple : la CMU ! 

Avec 810/850 € vous en êtes exclu, vous dépassez le plafond, vous êtes dans l’obligation de payer une mutuelle et vous êtes donc aussi obligés de vous acquitter des euros vignettes sur médicaments et actes médicaux, même sur les médicaments / actes concernant une maladie à 100%, (je sais de quoi je parle là aussi)…

Comme tu es à 100% tu n’avances pas, la Sécurité Sociale ne pouvant donc pas retenir sur ton remboursement, elle t’envoie une facture pour récupérer les vignettes (si-si j’ai reçu la mienne)…

Sans CMU, les tarifs de première nécessité te passe aussi sous le nez !

Electricité, gaz, tickets de bus etc c’est tarif plein !

Ces personnes essayent bien de contacter « la haute », mais quand vous voyez que des courriers d’élus restent sans réponse, vous pensez bien qu’un simple courrier de citoyens, de ces « #GensDeRien » ne risque pas d’arriver dans les mains élyséennes…

Par courrier postal, aucun accusé de réception et encore moins de réponse !

Par mél, tout au plus un accusé de réception envoyé par un robot, mais aucune réponse non plus.

20 octobre 2017 → 2 janvier 2019 cela fait long… je n’attends plus de réponse…

Aides financières ? À la demande de rendez-vous, on vous prévient de suite → les caisses sont vides !

Au moins c’est clair, c’est du temps de gagner (à ruminer les repas que tu ne pourra pas t’offrir chaque jour)…

Localement, pour les aides alimentaires c’est tout aussi compliqué.

Que ce soit restos du cœur ou secours populaire ou secours catholique ou autres qui réclament à tour de bras des dons, c’est tri du bénéficiaire, j’explique

Quand tu as (vrai pauvre) enfin réussi à trouver une âme charitable pour t’y mener,

que tu attends ton tour entouré de personnes qui pianotent sur leurs i-phones derniers cris après avoir pris soin de garer leur Mercedes ou autres voitures de riches dans une rue parallèle pour ne pas dévoiler leur « train de vie supérieure » à leur visite dans les locaux, et qu’à ton tour arrivé on te dis :

« avez vous des dettes ? » et qu’au non (fièrement) répondu, on te dis « ah ben on ne peut pas vous aider, nous prenons en priorité les personnes endettés »,

tu comprends vite que le but n’est pas d’aider à réduire la famine mais d’aider le commerce a grandir…

Achète, endette toi, fait marcher le commerce et là, seulement après ta « participation à l’économie du pays » on t’aidera !!!

Leur expliquer que si tu n’a ni internet, ni télévision, ni voiture et autre « luxe » c’est pour pouvoir manger 1 fois par jour, une fois ton loyer, ton EDF, ton gaz, ta mutuelle, ton assurance logement, ton chauffage (oui le chauffage individuel, donc en supplément existe dans certains logements sociaux construction récente), c’est peine perdue, pas de dette = pas d’aide !!!

Mais de cela les médias n’en parle pas !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s