Mardi matin, 143 gendarmes ont investi le camp de la Vivarié à la recherche d’un individu qui, le 19 octobre dernier, avait jeté des projectiles et tiré sur les forces de l’ordre avec un fusil pour échapper à un contrôle routier.

Interpellé, l’homme, âgé de 18 ans, sans permis, devait être jugé en comparution immédiate hier après-midi.

Mais faute d’avocat en grève, le prévenu a été écroué en attendant sa prochaine comparution fixée le 20 décembre.

Un deuxième individu de 35 ans, auteur de menaces de mort sur les gendarmes lors de cette opération, inconnu jusque-là de la justice, a été remis en liberté et sera jugé le 19 février devant le tribunal correctionnel.


Parallèlement à cette descente dans le camp, les policiers castrais avaient interpellé dans leur logement castrais, route d’Albi et dans le hameau de la Caulié, deux personnes également issues de la communauté des gens du voyage recherchés dans le cadre d’une enquête sur des vols de carburants commis dans la région.

Âgés de 23 et 41 ans, ils sont aussi soupçonnés d’avoir foncé sur des patrouilles de police qui les avaient surpris en train de siphonner des camions le 28 octobre dans le hameau d’Hauterive.

Une information judiciaire a été ouverte dans cette affaire.

Le quadragénaire a été mis en examen et écroué pour recels d’essence et autres types d’objets, vols de carburant et vols avec effraction.

Son complice présumé a été laissé libre en attendant les suites de l’enquête.

-la dépêche

Vu sur la dépêche. fr